Mémoires de Justes

La Vidéo

Témoignages


"En découvrant le nom de mes arrières-grands-parents sur le mur des Justes, dans le jardin de Yad Vashem, j’ai alors encore plus pris conscience de la grandeur de ce que mes arrières grands-parents avaient fait et de la responsabilité que cela me donnait, à moi, à mes soeurs, à mes cousins, à mes filles : nous sommes leurs descendants et nous devons nous en montrer dignes."
Raphaele PETIT, arrière-petite fille de Monsieur et Madame PIEL, Justes parmi les Nations, membre de la délégation 2010.

La presse en parle


"
C'est la première fois qu'on les remercie ainsi. Et ils en pleurent, ces jeunes Français, lorsque les mains noueuses des recapés de la Shoah, de ces enfants cachés pendant la guerre, se tendent vers eux. Ils sont 22, tous descendants de Justes, ces personnes qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie durant la guerre. Ils sont les héritiers de cette France noble que l'on redécouvre maintenant, alors que les derniers témoins s'éteignent. Ils ont entre 20 et 30 ans. Et, pour la première fois, ils ont passé trois jours en Israël, à l'initiative de la Fondation France Israël."
Le Figaro, 16 avril 2010.

A Yad Vashem, ils ont la fierté de découvrir le nom de leurs aïeux sur le mur des Justes parmi les Nations. Ils rencontrent aussi des rescapés dont certains ont été protégés par leurs grands-parents. Des moments d’échange avec de jeunes israéliens, étudiants, soldats ou encore kibboutzim, sont également initiés.

Alors que la France s’apprête à commémorer le triste 70ème anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv’, la Fondation France Israël, en partenariat avec le Comité français pour Yad Vashem, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et la SNCF, accompagne sa troisième délégation de vingt petits-enfants de Justes parmi les Nations en Israël, du 18 au 21 avril 2012.

Retrouvez les témoignages des petits-enfants de Justes parmi les Nations qui ont déjà participé au voyage "Mémoires de Justes".

Cette opération a déjà recueilli de nombreux soutiens parmi lesquels celui du Président de la République Nicolas Sarkozy qui, à l'occasion du diner du CRIF de 2011, a tenu à saluer le travail entrepris par la Fondation dans son discours: "Ces Justes dont les petits-enfants peuvent faire désormais le pèlerinage à Yad Vashem grâce à la fondation France-Israël et au magnifique travail de Nicole Guedj".

Pour Paul Shaeffer, Président d'honneur du Comité français de Yad Vashem, partenaire du projet : " Il s’agissait de montrer à ces jeunes français un visage d’Israël qu’ils ne connaissaient probablement pas, de leur rappeler leur ascendance mais aussi de leur témoigner de la reconnaissance des Israéliens et du peuple juif dans son ensemble."

 

 

 

 

 

 

 

 

 
La gratitude d'Israël envers les Justes parmi les Nations, évoquée par Paul Shaeffer, a notamment été exprimée par Reuven Rivlin, Président de la Knesset (parlement israélien), lorsqu'il a reçu la première délégation de la Fondation France Israël en 2010 : "Vos grands-pères et vos grands-mères (…) sont devenus, dans le monde, le symbole d’une grâce et d’une justice extraordinaire. Ils ont fait preuve d’héroïsme et de résistance. Ces gens sont le symbole même de l’humanisme".

 

 

 

 

 

 





En 2010, Francine Rieu (à gauche) et sa fille Capucine Boncenne (à droite)
ont retrouvé Nicole Klapisch à Jérusalem, cachée dans le Gers durant la guerre par Denise Rieu, la grand-mère de Capucine.